Tous les ans, on prévoit la mort du blog. D’abord parce qu’on le juge inutile, ensuite parce qu’il va être remplacé par les réseaux sociaux… Mais qu’en est-il vraiment aujourd’hui ? Quel est l’avenir du blog ?

Depuis plus de 10 ans, on ne parle que de ça. D’abord considérés comme des journaux intimes d’ados en mal de reconnaissance (eh oui moi aussi j’ai eu mon Skyblog à 13 ans !), ensuite vus comme des supports journalistiques, maintenant supports de la liberté d’expression dans les pays ou elle n’existe pas… Les blogs ont une réputation sulfureuse. C’est peut-être la raison qui pousse certaines personnes à vouloir à tout prix les ranger dans la catégorie des « has been » du web, en compagnie de MySpace, Tumblr et de Google+.

Mais les blogs n’ont pas dit leur dernier mot. À quoi servent-ils aujourd’hui ? À quoi serviront-ils demain ?

Les blogs ne sont plus une plateforme sociale

Les réseaux sociaux n’ont pas tué les blogs. Ils ont tué l’aspect « social » des blogs. Et non, les blogs ne sont plus ce merveilleux melting pot que l’on nous décrivait à leur début, où chacun partage ses bons sentiments gratuitement et pour le bien des autres. Les réalités du business ont rattrapé la fiction, et ce n’est pas plus mal.

Aujourd’hui, les banalités et les réactions à chaud ne sont plus échangées sur les blogs, mais sur les réseaux sociaux. On le voit à la disparition progressive des commentaires. Les grands quotidiens les suppriment peu à peu, et ils ont raison. Le contraste entre la qualité d’un article et celle des commentaires associés fait parfois mal aux yeux. Faites un tour sur LeMonde.fr, vous comprendrez…

On est donc d’accord pour dire que les discussions ne se passent plus sur les blogs. Mais alors, à quoi servent-ils ?

Les blogs business ont pris le pas sur les blogs perso

Si vous êtes blogueurs, ça ne vous a pas échappé. Tenir un blog, c’est long et fatigant. Combien d’entre nous, pris d’un élan soudain de fièvre littéraire, avons décidé un jour de nous autopublier sur un blog avec l’espoir secret de devenir l’Anne Franck des générations futures ? Et finalement, après deux articles, on bâille devant notre clavier, on ferme notre ordi, et on laisse notre blog tout neuf périr avec les millions d’autres. Moi, ça me déprime de bloguer pour le plaisir.

Et pourtant, le blog n’a jamais été aussi populaire. Abandonné par les poètes en herbe (qui se sont rabattus vers Facebook et Tumblr), il a été repris par les entrepreneurs en quête de clients. Pourquoi ?

Un blog, c’est du contenu. Pour peu que vous soyez un peu consciencieux, on peut dire que c’est du contenu de qualité. Qui aime le contenu de qualité ? Google. Qui a besoin de Google pour trouver des clients ? Les entreprises.

Les blogs sont donc devenus un canal de trafic, mais pas seulement. Ils sont aussi un support de communication pour les marques, qui nouent une relation unilatérale avec leur audience. Loin du bruit des réseaux sociaux, les blogs sont un support d’information travaillée, analysée, expliquée.

Ceux qui pensaient que les réseaux sociaux allaient tuer les blogs ont tout faux. Les réseaux sociaux profitent aux blogs ! Ils sont un portail d’entrée vers les blogs. Ils sont l’espace de discussion complémentaire aux blogs. L’instantanéité des réseaux sociaux contraste avec la durabilité d’un article de fond sur un blog. Dans un monde où chacun cherche à gagner du temps (qu’il perdra ensuite sur les réseaux sociaux), les blogueurs prennent le temps de bien faire. Et les résultats sont là.

Qui sont les nouveaux blogueurs ?

Si l’on met de côté les blogueurs littéraires qui bloguent pour le plaisir et les blogueurs militants qui bloguent pour leurs idées, il nous reste ce que j’appelle les nouveaux blogueurs. Eux, ils bloguent pour une raison pratique. Globalement, pour l’argent. Enfin, pas directement.

Les nouveaux blogueurs utilisent leur blog pour communiquer sur le web. Le blog fait partie de leur stratégie. Qu’il soit salarié d’une grosse boite ou autoentrepreneur, le nouveau blogueur blogue pour servir des objectifs et des résultats. Par exemple : gagner des prospects ou des clients, communiquer sur un produit ou service, faire la promotion de son activité…

Résultat : les articles sont plus qualitatifs, plus didactiques, plus « valuable » comme diraient nos amis américains.

Pas toujours, me direz-vous, et vous aurez raison. Mais globalement, c’est ce qu’il se passe. Est-ce que je prendrais autant de soin à rédiger mes articles si mon blog ne me rapportait pas d’argent ? Est-ce qu’un film serait aussi bon si le réalisateur n’était pas payé ?

Penser qu’internet est un monde ou l’on travaille gratuitement est une idée reçue. Et c’est tant mieux. La seule condition pour être légitime est de toujours dire la vérité à ses lecteurs.